Des documents secrets de TransCanada, remis par un informateur à Greenpeace, révèlent en détail la stratégie de la compagnie pour faire accepter par l’opinion publique son projet de pipeline Énergie Est.

Screen Shot 2014-11-18 at 1.55.07 PMVeuillez cliquez sur l’image

Screen Shot 2014-11-18 at 4.03.49 PM

Veuillez cliquez sur l’image dessous pour lire la stratégie de Transcanada

Recruter des partisansTransCanada compte créer de toutes pièces une mobilisation citoyenne en sa faveur. Son objectif pour l’année 2014 est de pouvoir compter sur 35 000 partisans qui se feront entendre en commentant des articles sur Internet, en écrivant des blogues ou des messages sur Twitter ou Facebook, en envoyant des lettres aux journaux, en appelant leurs élus ou en leur écrivant, voire en intervenant aux audiences du BAPE.
nullTransCanada s’est donné pour objectif de dresser une liste d’experts ou de personnes influentes dans leurs communautés. « [Nous allons] recruter la plus haute quantité possible de partisans, de la plus haute qualité, au coût le plus bas possible », peut-on lire dans un document baptisé Strategic Plan : Québec, daté du 20 mai 2014.

Deux lignes plus bas, il est écrit : « Nous comptons sur un recrutement payé ciblé. » Une fourchette de tarif est spécifiée, entre 4,50 $ et 7,75 $, sans préciser s’il s’agit d’un tarif horaire, d’une rémunération par message écrit ou d’une autre référence.
« Nous allons travailler avec des tierces parties et les armer avec l’information dont elles ont besoin pour mettre de la pression sur nos opposants et les distraire de leur mission […] Nous pouvons [les] enrôler afin d’écrire dans les pages d’opinion des journaux ou des blogues. » — Extrait de la stratégie de communication de TransCanada et Edelman

Attaquer les groupes environnementaux avant qu’ils n’attaquent

« Tactiques de pression » : c’est l’expression employée dans le document pour contrer les groupes environnementaux. « Il faut ajouter une couche de difficulté à nos opposants […] s’ils restent sans surveillance, ils vont utiliser la moindre miette d’information à leur disposition pour nous attaquer », peut-on lire dans le document.

Text Radio Canada